Aller au contenu

DionYsos et le Christ

A Nietzche wikipedia

Dionysos et le Christ sont le même phénomène, mais dans deux sens opposés.

Résumé de Nietzche et la philosophie – Gilles Deleuze – puf – p16-18

[Dionysos et le Christ sont le même phénomène, mais dans deux sens opposés]

D’une part, la souffrance qui met la vie en accusation…D’autre part, la vie qui justifie la souffrance, qui affirme la souffrance, …

1 – Qu’il y ait de la souffrance dans la vie, cela signifie d’abord pour le christianisme   que la vie n’est pas juste : elle est coupable puisqu’elle souffre. Et cette vie doit être rachetée ou sauvée.

Ces   deux aspects du christianisme forment ce que Nietzche   appelle la mauvaise conscience ou l’intériorisation de la douleur.

Le nihilisme chrétien est d’un côté la machine à fabriquer de la culpabilité, et d’un autre côté une machine à multiplier la douleur. « La joie » chrétienne est la joie de « résoudre » la douleur : la douleur est intériorisée, offerte à Dieu, par ce moyen. Ce paradoxe d’un Dieu mis en croix, mystère d’une inimaginable cruauté, voilà la manie proprement chrétienne.

2 – Dionysos est le dieu pour qui la vie n’a pas à être justifiée, pour qui la vie est juste. La vie « affirme même la plus âpre souffrance ». L’ivresse dionysiaque s’oppose à une « ivresse » chrétienne ; la lacération dionysiaque s’oppose à la crucifixion, la transvaluation dionysiaque à la transubstantation   chrétienne.

Ceux qui souffrent de la surabondance de la vie font de la souffrance une affirmation, alors que ceux qui souffrent d’un appauvrissement chrétien de la vie font de l’ivresse un engourdissement, de la souffrance, un moyen d’accuser la vie

Du point de vue de Dionysos « l’existence semble assez sainte par elle-même pour justifier par surcroît, une immensité de souffrance ».

Pour le christianisme, il n’y a pas de plus beau sauveur que celui qui est à la fois le bourreau, victime et consolateur, la sainte trinité, le rêve prodigieux de la mauvaise conscience…

Transvaluation = ± renversement, révision radicale des valeurs

transubstantation = changement du pain et du vin en la substance du corps du christ

« Ce qui ne me tue pas me rend plus fort » – Le crépuscule des idoles – 1888

[

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x